KEEPSAKES OF CONFLICT: Trench Art and Other Canadian War-Related Craft

September 15 - December 31, 2016

Reception: Friday, September 16, 2016 @ 7:30pm

Organized by the MJMAG; Guest Curated by Heather Smith

DM-01 - 388_D2 Lamp Trench Art close up.jpg

“Trench is defined as any item made by soldiers, prisoners of war and civilians, from war material directly, or any other material, as long as it and they are associated with armed conflict or its consequences.”[i]

The 100th anniversary of the First World War has been an opportunity for the Moose Jaw Museum & Art Gallery (MJM&AG) to examine the little-studied area of Canadian craft related to war. This traveling exhibition was organized by the MJM&AG and guest curated by Heather Smith. MJM&AG acknowledges the generous funding support provided by the Department of Canadian Heritage through the Museums Assistance Program and sponsorship by the Royal Canadian Legion Branch 59.

L’art des tranchées se définit comme le domaine qui englobe tout objet fabriqué par des soldats, des prisonniers de guerre ou des civils, à partir de matériel de guerre ou de quelque autre matériau, pourvu que l’objet et son créateur soient associés au conflit armé ou à ses conséquences. La commémoration du centenaire de la Première Guerre mondiale a offert au Moose Jaw Museum & Art Gallery l’occasion de se pencher sur un aspect jusqu’à présent peu étudié de l’artisanat canadien lié aux conflits armés. Cette exposition itinérante a été réalisée par le Moose Jaw Museum & Art Gallery, sous la direction de la commissaire Heather Smith. Nous désirons signaler la généreuse contribution du ministère du Patrimoine canadien, dans le cadre de son Programme d’aide aux musées and par la Légion Royale Canadien 59.

i. This definition comes from page 11  of Nicolas J. Saunders’ book, Trench Art: Materialities and Memories of War (Oxford: Berg, 2003).  Saunders is a British archaeologist and anthropologist who has written widely on the subject of trench art. See his book for an expanded version of this definition.
 

LIFE

Letter Opener, brass, 18.7 X 2.5 X 1.1 cm, First World War, Collection of Army Museum of Alberta, Calgary, Alberta MR 2002.0081.941. Photo: Gabriela García-Luna. Ouvre-lettres, laiton, 18,7 X 2,5 X 1,1 cm, Première Guerre mondiale, Collection du Army Museum of Alberta, Calgary, Alberta, MR 2002.0081.941, photo: Gabriela García-Luna.

Letter Opener, brass, 18.7 X 2.5 X 1.1 cm, First World War, Collection of Army Museum of Alberta, Calgary, Alberta MR 2002.0081.941.

Photo: Gabriela García-Luna.

Ouvre-lettres, laiton, 18,7 X 2,5 X 1,1 cm, Première Guerre mondiale, Collection du Army Museum of Alberta, Calgary, Alberta, MR 2002.0081.941, photo: Gabriela García-Luna.

 

Many of the objects we call trench art were once common, but are now anachronistic objects; napkin rings, buttonhooks, and letter openers or paper knives, belong to life in a different time. They are also incongruous with warfare because they suggest a life of refinement and civility. Consider being a person who endured life in a filthy, infested trench who then purchased napkins rings from a local artisan on his way home so his face would not get dirty while he ate! Perhaps the napkin ring also signifies a hopeful idea that Canadian soldiers were a refined bunch, fighting war in a proper, organized and civil way. The napkin rings and letter openers are objects that hold both the civilian’s desire for a less traumatizing war experience as well as the soldier’s desire for what a post-war, peaceful and civilized life holds.

Le vécu

Bon nombre d’objets appartenant au domaine que nous appelons « l’art des tranchées » étaient autrefois d’usage commun mais sont aujourd’hui anachroniques : les ronds de serviette, les tire-boutons et les ouvre-lettres ou coupe-papier reflètent une époque révolue. Ils ont aussi un caractère incongru car ils évoquent, en pleine guerre, une vie empreinte de raffinement et de civilité. Imaginez cet homme ayant enduré de longs mois dans des tranchées boueuses et infestées de vermine, qui décide sur le chemin du retour chez lui d’acheter des ronds de serviette à un artisan local afin de pouvoir respecter les règles de la bienséance en s’essuyant les lèvres durant les repas! Un rond de serviette est peut-être aussi un symbole suscitant l’idée pleine d’espoir que les soldats canadiens formaient une légion plutôt raffinée, menant la guerre de façon appropriée, organisée et civile. Les ronds de serviette et les ouvre-lettres sont des objets propres à inspirer, chez les civils, le souhait que la guerre soit la moins traumatisante possible et, chez les soldats, le rêve d’une existence paisible et civilisée durant l’après-guerre.


EXPERIENCE

“I collected about a ton of souvenirs but I got fed up packing them around.”i)

Painted Helmut, metal, leather, paint, First World War, 12.2 x 30.0 x 32.5 cm, Collection of Army Museum of Alberta, Calgary, Alberta MR 2012.013.0001. Photo: Courtesy of Gabriela García-Luna. Harvey Daniel Duncan, Casque peint, métal, cuir, peinture, 12,2 x 30,0 x 32,5 cm, Première Guerre mondiale, Collection du Army Museum of Alberta, Calgary, Alberta, MR 2012.013.0001, photo: Gabriela García-Luna.

Painted Helmut, metal, leather, paint, First World War, 12.2 x 30.0 x 32.5 cm, Collection of Army Museum of Alberta, Calgary, Alberta MR 2012.013.0001. Photo: Courtesy of Gabriela García-Luna.

Harvey Daniel Duncan, Casque peint, métal, cuir, peinture, 12,2 x 30,0 x 32,5 cm, Première Guerre mondiale, Collection du Army Museum of Alberta, Calgary, Alberta, MR 2012.013.0001, photo: Gabriela García-Luna.

 

Official war artists were trained professionals who intentionally created artwork to help the viewer “feel” the experience of war.(ii) Although these artists were charged with the job of recording the war, the pieces that are most celebrated today are the ones where the artist transcends mere depiction to evoke a sense of the experience. Official war artists wanted the viewer to “feel” the experience of war rather than just “see” it. In contrast, most trench art was not made by someone who was attempting this deeper, psychological understanding of war. Made out of the experience of war, as opposed to being made about it, these small objects are never-the-less poignant. Shell casings, bullets, pieces of wood and stone are a tangible bit of the experience that one can hold and connect with in a way that oil paint on canvas can only hope to evoke. The material that trench art is made from was there, just as the veteran had been, and could stand in for the whole experience of war - good and bad.

i) William McLellan to Family, 30 August, 1918, accessed December 31, 2015, http:// www.canadianletters.ca.

ii) For more information about painted helmets that are common in the American military see Jane A, Kimball, Trench Art: An Illustrated History (Davis, CA: Silverpenny Press, 2004), 219.

Une réalité 

Les artistes de guerre officiels étaient des professionnels dont le but était de créer des œuvres où le spectateur pouvait « ressentir » l’expérience de la guerre.1 Si ces artistes étaient simplement chargés de créer un témoignage visuel de la guerre, leurs œuvres les plus célébrées aujourd’hui sont celles où ils sont clairement parvenus à traduire la réalité de la guerre. Les artistes de guerre officiels voulaient que le spectateur puisse « ressentir » la réalité de la guerre, plutôt que de simplement « l’observer. » Au contraire, la plupart des pièces d’art des tranchées n’ont pas été créées par une personne désireuse d’exprimer une compréhension psychologique et plus pénétrante de son vécu. Tirés du quotidien de la guerre plutôt que de sa représentation comme sujet, ces artefacts ont un caractère bouleversant. . Les douilles d’obus et de cartouches, ainsi que les morceaux de bois et de pierre sont autant d’éléments tissant des liens concrets avec le vécu du soldat, liens qu’un tableau ne pourra jamais être, au mieux, qu’une évocation. Le matériau à partir duquel la pièce d’art des tranchées est façonnée était tout aussi présent dans ce conflit que l’était chaque soldat; ce matériau incarne et symbolise l’ensemble de l’expérience de la guerre – avec ses bons côtés tout autant que ses tristes aspects.


SACRIFICE

Sacrifice Cross, brass, metal, 9.0 x 12.0 x 1.6 cm, First World War, Collection of Nutana Legion, Saskatoon, Saskatchewan. Photo: Courtesy of Gabriela García-Luna. Croix du sacrifice, laiton, métal, 9,0 x 12,0 x 1,6 cm, Première Guerre mondiale, Collection de la filiale Nutana, Légion canadienne, Saskatoon, Saskatchewan, photo: Gabriela García-Luna.

Sacrifice Cross, brass, metal, 9.0 x 12.0 x 1.6 cm, First World War, Collection of Nutana Legion, Saskatoon, Saskatchewan. Photo: Courtesy of Gabriela García-Luna.

Croix du sacrifice, laiton, métal, 9,0 x 12,0 x 1,6 cm, Première Guerre mondiale, Collection de la filiale Nutana, Légion canadienne, Saskatoon, Saskatchewan, photo: Gabriela García-Luna.

There is an uncomfortable quality about many of these objects if one is not habituated to the use of ammunition; therefore it makes sense that the places which most often continue to use or display trench art are military messes, armouries, legions or military museums. For those outside the military, spent shell casings can create a sense of unease. For civilians, these objects represent the sacrifice of others who earned the right to own and display them, and it can feel disrespectful or inappropriate for outsiders to claim these objects as their own. However, within a military environment such as messes or armouries, their presence is more openly celebrated. New recruits spend time during basic military training polishing brass trench art and any other brass or silver objects, as a ritualized act of reverence that is a tribute to those more experienced soldiers who went before them.  Within the military context where the practiced handling of firearms and ammunition ensures proper use, the brass used to make trench art signifies something entirely different than it does to the civilian public.

SACRIFICE - Le sacrifice

La nature de bon nombre de ces objets est plutôt troublante pour quiconque n’est pas familier avec l’usage de munitions. Il est par conséquent logique que les pièces d’art des tranchées soient aujourd’hui le plus souvent utilisées ou exposées dans des lieux comme des mess, des manèges ou musées militaires, ou encore des filiales de la Légion. Pour ceux qui n’appartiennent pas au monde militaire, les douilles d’obus peuvent susciter un certain malaise. Aux yeux des civils, ce type d’objets est le symbole du sacrifice de ceux qui se sont mérité le droit de les posséder et de les exposer; il peut donc sembler irrespectueux ou inapproprié pour les « profanes » de se les approprier. Toutefois, dans un environnement militaire comme un mess ou un manège militaire, la présence de ces objets est ouvertement célébrée. Les recrues consacrent quelque temps durant leur formation militaire à polir des pièces d’art des tranchées en laiton ou d’autres objets de laiton ou d’argent, un rituel qui dénote un profond respect pour les soldats dont ils s’apprêtent à suivre les traces. Dans un contexte militaire où les fréquents exercices de maniement d’armes à feu et de munitions font qu’ils sont correctement employés, l’usage du laiton pour créer des pièces d’art des tranchées possède un sens bien différent de celui qu’il peut avoir pour un civil.


SOUVENIRS

Tobacco Humidor, brass, 16.7 x 10.3 cm, First World War, Collection of Uno Langmann, Vancouver, British Columbia. Photo: Courtesy of Gabriela García-Luna. Pot à tabac, laiton, 16,7 x 10,3 cm, Première Guerre mondiale, Collection de Uno Langmann, Vancouver, Colombie-Britannique, photo: Gabriela García-Luna.  

Tobacco Humidor, brass, 16.7 x 10.3 cm, First World War, Collection of Uno Langmann, Vancouver, British Columbia. Photo: Courtesy of Gabriela García-Luna.

Pot à tabac, laiton, 16,7 x 10,3 cm, Première Guerre mondiale, Collection de Uno Langmann, Vancouver, Colombie-Britannique, photo: Gabriela García-Luna.

 

In the course of viewing the objects for this exhibition, it became clear that the pieces which had gone through some kind of transformation at the hand of the collector (or someone else) became trench art, and objects that had not been transformed, but simply “picked up,” were not.  The impulse for making, buying and keeping trench art and the drive to collect souvenirs are connected, but the handling of the objects themselves differs.  The original collector has transformed trench art in a way that the collector of a souvenir has not.  It is the story or narrative associated with a souvenir that makes it meaningful, and it is the crafted change done to objects that makes them trench art. 

 Des objets témoins

« J’ai amassé une tonne de souvenirs, mais j’en ai eu assez de les trimballer partout. »2

Durant l’analyse des objets de cette exposition, il est devenu évident que les articles ayant subi une quelconque transformation – de la main du collecteur ou de quelqu’un d’autre – devenaient alors de véritables pièces d’art des tranchées, contrairement à tous les objets qui n’avaient pas été modifiés, mais simplement « ramassés. » Il existe une certaine affinité entre la volonté de créer, d’acheter ou de préserver des pièces d’art des tranchées et le simple désir de collectionner divers souvenirs, mais le traitement des objets est différent. Le premier possesseur de l’objet l’a transformé en art des tranchées, ce que n’a clairement pas fait le simple collectionneur de souvenirs. C’est le récit ou le témoignage associé à ce souvenir qui lui donne tout son sens, et c’est la transformation subie par l’objet qui en fait une pièce d’art des tranchées.


PRISONERS

Ship in a Light Bulb, wood, glass, paint, mixed media, 19.7 x 9.9 x 11.3 cm, Second World War, Collection of Esplanade Arts & Heritage Centre Museum, Medicine Hat, Alberta. Photo: Courtesy of the Esplanade Arts & Heritage Centre Navire dans une ampoule électrique, bois, verre, peinture, techniques mixtes, 19,7 x 9,9 x 11, 3 cm, Seconde Guerre mondiale, Collection du Esplanade Arts & Heritage Centre Museum, Medicine Hat, Alberta, Source : Esplanade Arts & Heritage Centre

Ship in a Light Bulb, wood, glass, paint, mixed media, 19.7 x 9.9 x 11.3 cm, Second World War, Collection of Esplanade Arts & Heritage Centre Museum, Medicine Hat, Alberta. Photo: Courtesy of the Esplanade Arts & Heritage Centre

Navire dans une ampoule électrique, bois, verre, peinture, techniques mixtes, 19,7 x 9,9 x 11, 3 cm, Seconde Guerre mondiale, Collection du Esplanade Arts & Heritage Centre Museum, Medicine Hat, Alberta, Source : Esplanade Arts & Heritage Centre

It is likely, if able, prisoners of war on all sides of every conflict have produced various kinds of trench art. In the First World War, there were approximately 2,500 members of enemy armed forces held in Canada. During the Second World War, about 34,000 enemy soldiers of all ranks and branches of the German military were housed in camps located across Canada.

La captivité

Il est tout à fait vraisemblable que, dans la mesure du possible, les prisonniers de guerre de toutes les armées se sont occupés à produire différents types d’art des tranchées. Durant la Première Guerre mondiale, environ 2 500 soldats ennemis furent retenus captifs au Canada. Durant la Seconde guerre mondiale, environ 34 000 de tous grades et de toutes les branches de l’armée allemande furent hébergés dans des camps de prisonniers situés dans diverses régions du pays. 

Leurs gardes, en majeure partie des vétérans canadiens de conflits antérieurs, achetaient les objets artisanaux produits par les prisonniers ou les troquaient contre d’autres articles. Il existe donc une assez grande variété d’articles produits par des prisonniers de guerre allemands et qui ont été conservés, y compris des boîtes de bois sculptées, des cannes et des cadres, des bateaux miniatures en bouteilles ou dans des ampoules électriques, des dessins et des caricatures. En revanche, les soldats canadiens capturés par les forces allemandes vivaient dans des conditions beaucoup plus dures et pouvaient plus difficilement se livrer à l’artisanat. Alors que l’Allemagne commençait à ressentir le fardeau d’une guerre livrée sur plusieurs fronts, les ressources qu’elle pouvait consacrer à nourrir, abriter et assurer la garde des prisonniers, et, à plus forte raison, à soulager leur ennui, s’amenuisaient progressivement. La plupart des prisonniers canadiens ont fabriqué des articles utilitaires pour leur propre usage dans les camps de prisonniers.


CONVALESCENCE

Barrett Fraser, Wolf, soapstone, 13.8 x 24.8 x 7.8 cm, collection of the artist, Calgary, Alberta. Photo: Courtesy of Gabriela García-Luna. Hugh Barrett Fraser, Loup, pierre à savon, 13,8 x 24,8 x 7,8 cm, v. 2010, Collection de Hugh Barrett Fraser, Calgary, Alberta, photo: Gabriela García-Luna.

Barrett Fraser, Wolf, soapstone, 13.8 x 24.8 x 7.8 cm, collection of the artist, Calgary, Alberta. Photo: Courtesy of Gabriela García-Luna.

Hugh Barrett Fraser, Loup, pierre à savon, 13,8 x 24,8 x 7,8 cm, v. 2010, Collection de Hugh Barrett Fraser, Calgary, Alberta, photo: Gabriela García-Luna.

Since the Crimean War and perhaps earlier, craft making was used as a means to help wounded soldiers recover from both physical and mental trauma. Canadian soldiers in hospitals in Britain during both World Wars were encouraged to do embroidery or wickerwork. After the First World War, in order to help wounded veterans learn skills to help them reintegrate into society, the Canadian Red Cross set up VetCraft Shops across Canada. The wounded men working at these craft workshops produced a wide range of objects including furniture, wooden toys, baskets, picture frames, weavings, tin and other hammered metal wares, and many other items. They also hand cut the first red poppies used to commemorate Remembrance Day. Craft therapy continues today in Canada as a treatment for what is now known as Post Traumatic Stress Disorder or PTSD. 

La convalescence

Depuis au moins la Guerre de Crimée, l’artisanat a servi de moyen d’aider les soldats blessés à recouvrer la santé physique et mentale. Ainsi, on encourageait les soldats canadiens hospitalisés en Angleterre durant les deux guerres mondiales à se livrer à la broderie et à la vannerie. Après la Première Guerre mondiale, pour aider les anciens combattants handicapés à acquérir des compétences permettant leur réintégration, la Croix-Rouge canadienne établit des ateliers d’artisanat appelés « Vetcraft Shops » ou « Ateliers d’anciens combattants » dans les grandes villes du Canada. Les blessés ou amputés produisaient dans ces ateliers une vaste gamme d’objets, y compris des meubles, des jouets de bois, des paniers, des cadres, des tissages et des articles d’étain ou d’autres métaux martelés. Ils découpaient aussi, à la main, les premiers coquelicots rouges servant à commémorer le Jour du Souvenir. La thérapie par l’artisanat est encore pratiquée au Canada, pour le traitement de ce qu’on appelle aujourd’hui le « trouble de stress post-traumatique » ou TSPT.


EQUIPMENT

Navy Kit Bag, canvas, ink, 61.7 x 24.0 x 24.0 cm, Second World War, Collection of the Naval Museum of Alberta, Calgary, Alberta, F1997.0043.001. Photo: Courtesy of Gabriela García-Luna. Sac de paquetage marin, toile, encre, 61,7 x 24,0 x 24,0 cm, Seconde Guerre mondiale, Collection du Naval Museum of Alberta, Calgary, Alberta, F1997.0043.001, photo: Gabriela García-Luna.

Navy Kit Bag, canvas, ink, 61.7 x 24.0 x 24.0 cm, Second World War, Collection of the Naval Museum of Alberta, Calgary, Alberta, F1997.0043.001. Photo: Courtesy of Gabriela García-Luna.

Sac de paquetage marin, toile, encre, 61,7 x 24,0 x 24,0 cm, Seconde Guerre mondiale, Collection du Naval Museum of Alberta, Calgary, Alberta, F1997.0043.001, photo: Gabriela García-Luna.

During wartime, there is more leeway given to soldiers to individualize aspects of their kit. Some changes are made to improve the function of the equipment, but modifications are also tolerated for the sake of morale. Alterations to the actual uniform during wartime are generally only in areas that can be concealed or easily reverted back to their original state.  There are some exceptions such as Second World War Canadian non-commissioned members’ battle dress tunics which were highly customized in the field and worn home as such in 1945. Tactical and unit/formation signs were painted on helmets by Canadian soldiers in both World Wars, but more creative imagery was not tolerated until post war[J1] .[i] The First World War belts of collected buttons and insignia could be worn under or over a tunic.  Currently, Canadian service members unofficially customize their uniform by creating and collecting “morale patches” for individual deployments or missions.

La modification de l’attirail ou de l’équipement

En temps de guerre, on accorde souvent plus de latitude aux soldats qui désirent individualiser certaines pièces de leur attirail ou de leur équipement. Quelques-unes des modifications ont pour but d’améliorer le fonctionnement de l’équipement, mais on tolère également certains changements destinés à préserver le moral. Les altérations apportées à l’uniforme sont généralement acceptables à condition qu’elles puissent être dissimulées ou encore que l’uniforme puisse être rapidement remis dans son état initial. Mais il existe plusieurs exceptions, dont le blouson de la tenue de combat des soldats canadiens du rang lors de la Seconde Guerre mondiale; ce blouson était hautement individualisé lorsque porté sur les champs de bataille et les soldats l’endossèrent ouvertement lors de leur rapatriement en 1945. Lors des deux guerres mondiales, des signes de nature tactique ou indicatifs de l’unité à laquelle appartenaient les soldats canadiens étaient souvent peints sur leurs casques, mais les dessins plus imaginatifs ne furent pas tolérés avant la fin de la guerre.1 Lors de la Première Guerre mondiale, les ceinturons-souvenirs sur lesquels étaient fixés des collections de boutons et d’insignes pouvaient être portés sur ou sous la tunique. À l’heure actuelle, les membres des forces armées canadiennes peuvent officieusement individualiser leur uniforme en créant et collectionnant des insignes « esprit de corps » relatifs à des missions ou à des déploiements individuels.

 

1. Pour plus de renseignements sur les casques peints, très répandus dans les forces armées américaines, consulter Jane A, Kimball, Trench Art: An Illustrated History, (Davis, CA: Silverpenny Press, 2004), 219.